"Du bonheur de vivre à la bonne heure"

La session du CMR à Merville

Du bonheur de vivre à la bonne heure

 

Les 8 et 9 octobre, c’était la session des ainés du CMR à Merville, pour les diocèses de Lille, Arras, Cambrai et Amiens.

 2 jours   - pour réfléchir : je prends du temps pour qui, pour quoi ?

                - pour faire un grand voyage dans l’histoire du temps,

                - pour découvrir quels possibles pour être maître de son temps,

                - pour se plonger dans l’histoire du peuple de Dieu, de la Genèse  jusqu’aux propositions du Pape François.

Christian Defebvre nous a éclairé sur cette notion du temps : au cours des millénaires, on est passé du temps sacralisé : le dimanche, la vie sacralisée par les sacrements, les fêtes liturgiques, au temps sécularisé : les beffrois et les horloges mécaniques, les révolutions industrielles.

Et maintenant, la révolution numérique nous entraine dans le culte de l’instant, le culte de l’urgence, le temps subi et le temps choisi.

Est-ce que « être de son temps », c’est se laisser porter par le monde et réussir dans la vie ?

Ou peut-on privilégier l’être et réussir sa vie ?

Et dans la Bible ?  L’Ancien Testament nous raconte les relations  entre les hommes, maintes fois défaites et renouées.
Jésus est héritier de cette histoire, et nous dit qu’il n’y a pas d’urgence, il prend du temps auprès de chacun, il consacre son temps à être témoin de l’amour et de la miséricorde  de Dieu.

Le pape François nous le redit  dans son souci de paix, de dialogue social, d’intégration sociale des pauvres. Tout cela demande du temps et de la patience, comme dans ma relation à Dieu, à moi-même (est ce que je me laisse toucher humainement par rapport à ce qui m’arrive ?), par rapport à l’environnement.

Tout cela nous invite à lâcher prise pour accueillir la grâce de Dieu, et nous fait entrer dans l’optimisme et dans la confiance dans la vie.

 

Claude Housez

 

 

 

-

Article publié par cmr • Publié Vendredi 23 novembre 2018 • 48 visites

keyboard_arrow_up